TOUJOURS RECOMMENCER ?

 

         C'est le mystère de la vie. Chaque jour est un éternel recommencement : s'éveiller, manger, travailler, vaquer à ses occupations ordinaires, dormir...

Est-ce exactement la même chose ? Non. Car, à chaque fois, il y a du neuf. Et cela est particulièrement vrai dans les relations humaines : l'amitié, l'amour entre deux êtres semblent être un perpétuel recommencement ; mais en réalité, une vraie relation évolue en s'approfondissant jour après jour.

         Ainsi, de notre vie avec Dieu. Apparemment, la liturgie nous en fait revivre les mêmes étapes : Avent, Noël, Pâques, Pentecôte... Mais en réalité – parce que nous avons changé, évolué, parce que , tout au long de l'année écoulée, nous avons intensifié notre relation avec Dieu – cette nouvelle année liturgique se présente à nous comme une étape à vivre avec un  coeur nouveau.

         Pour beaucoup de nos contemporains , la préparation à Noël consistera à parcourir les marchés de Noël à la recherche d'un cadeau original et la fête de Noël se manifestera par une débauche de lumières et de guirlandes ; elle sera, au mieux, un moment d'attendrissement devant l'enfant de la crèche et une réunion de retrouvailles en famille autour d'une table bien garnie.

         Pour le chrétien, la période de l'Avent s'inscrit dans l'attente de l'humanité pour un avenir meilleur, dans la lignée d'Abraham, de Moïse, d'Isaïe et des prophètes, de Marie.

Cette attente se concrétise dans la personne de Jésus qui est déjà venu il y a deux mille ans, qui reviendra à la fin des temps, mais que nous pouvons rencontrer aujourd'hui - dans la mesure où nous le voulons – dans le SDF, l'exilé, le malade, tous ceux qui portent la misère du monde, car « chaque fois que nous l'aurez fait à l'un de ces petits qui sont les miens, c'est à Moi que vous l'aurez fait ».

         Pour nous, les ainés, qui ne sommes plus requis dans la vie active, ce temps d'attente est familier, habituel ; il nous semble souvent long, monotone.

Pourtant, dans notre monde pressé, du « tout, tout de suite », vivre ce temps de l'Avent, de silence et d'attente, est un cadeau. Ce n'est pas une attente vide, inutile, du temps perdu ; au contraire, c'est l'occasion d'ouvrir les yeux pour découvrir tout ce qui germe de beau et de grand dans ce monde nouveau qui va naître à Noël. Comme l'attente de la femme enceinte, il y a la certitude que l'enfant va venir avec tout le bonheur que cela entraîne. Evidemment, si nous le voulons.

         Dans cet esprit de l'Avent, à toutes et à tous, déjà une sainte fête de Noël

 

G.DAEMEN


ATTENDRE UN AMI.

 

Ce très beau texte du cardinal John Henry Newman (1801-1890) nous rappelle de manière concrète le sens de l'Avent.

        Savez-vous ce que c'est que d'attendre un ami, d 'attendre qu'il vienne et de le voir tarder ?

        Savez-vous ce que c'est que d'avoir un ami au loin, d'attendre de ses nouvelles et de vous demander, jour après jour,  ce qu'il fait en ce moment, et s'il est bien portant ?

        Savez-vous ce que c'est que de vivre pour quelqu'un qui est près de vous à tel point que vos yeux suivent les siens, que vous lisez dans son âme, que vous voyez ses désirs, que vous souriez de son sourire et vous attristez de sa tristesse, que vous êtes abattu lorsqu'il est ennuyé et que vous vous réjouissez de ses succès ?

        Veiller dans l'attente du Christ est un sentiment qui ressemble à ceux là, autant que des sentiments de ce monde sont capables de figurer ceux d'un autre monde....


 

Joyeux Noël et

Bonne Année

 Pour télécharger le Bulletin dont sont issus les articles ci-dessus, cliquez sur l'icône logpdf